Jardin de France a du nez !

Et non, il n'y a pas qu'à Grasse qu'on peut produire des fragrances riches et rares qui raviront parfumeries et consommateurs ! C’est au cœur du Charolais-Brionnais que ce trouve Jardin de France, parfumeur presque centenaire qui exporte avec brio les valeurs et le savoir-faire français. Si l’entreprise était un parfum ? En note de fond : vous avez savoir-faire et raffinement, en note de cœur : recherche et équipe dynamique, note de tête : exportation et sensibilisation !

D'Amboise... à Bourbon-Lancy

Créée en 1920, l'entreprise a vu le jour dans une cité racée, liée à la l'histoire et à la noblesse de France : Amboise. Après une étape après-guerre à Moulins, c'est en suivant le cours de la Loire que l'entreprise s'est implantée à Bourbon-Lancy !


L'entreprise compte aujourd'hui une équipe de 15 salariés, dont un "nez", si précieux aux grandes parfumeries. Justine, originaire de Paray le Monial, a fait ses études à l'école de parfumerie de Versailles. Après avoir travaillé chez Yves Saint Laurent, c'est à Jardin de France qu'elle concocte aujourd'hui les plus belles fragrances.

La fabrication d'un parfum tient à trois étapes-clés : la formulation à partir d'un brief marketing et olfactif très précis, la fabrication du parfum, puis le conditionnement. Il faut environ 18 mois pour créer un parfum. Cette passion, l'équipe de Jardin de France se plait à la partager en dispensant des ateliers olfactifs tous les étés à Bourbon-Lancy.

De la fragrance, au packaging

Ici, on conçoit le produit de A à Z : du développement de la fragrance, jusqu'au packaging. "Cela nous permet d'être flexibles, réactifs, et crédibles sur la valeur ajoutée du produit. C'est un principe que nous avons à cœur. Nos clients y sont très sensibles et nous font confiance " déclare Bertrand Sonnier, dirigeant de l'entreprise.


Jardin de France, c'est avant tout l'eau de Cologne et l'eau de parfum, avec des produits-phares tels que l'eau de Cologne " 1920 ", et l'eau de parfum " Etoffes de Parfum ". Face à la perte de vitesse du marché de l'eau de Cologne en France à la fin du 20e s, et la demande des instituts de beauté, l'entreprise a cherché à diversifier ses produits : produits cosmétiques, laits, savons, huiles...
Mais depuis 5-6 ans, le marché tend à revenir sur des notes fraîches et légères, marquant, à la surprise de l'entreprise, un retour de l'eau de Cologne. "Ce retour se remarque aussi à l'international. Beaucoup de clients sur le grand export sont demandeurs de parfums et d'eaux de Cologne qui drainent une image d'authenticité et de savoir-faire français" souligne Bertrand Sonnier.

Aujourd'hui, pour éviter les confusions et affiner son image, Jardin de France souhaite réduire ses gammes pour revenir à ses produits-phares : le parfum et l'eau de Cologne.

Une exception recherchée par les parfumeries traditionnelles

Les clients de Jardin de France ne font pas partie de la grande distribution et des grandes chaînes de parfumeries. Ils appartiennent à un réseau de parfumeries et d'instituts de beauté qui sont dans la quête de fragrances originales et authentiques. Car aujourd'hui beaucoup de clients se détournent des parfums de luxe pour chercher la note rare qui les démarquera. Jardin de France répond à cette demande : l'indépendance de l'entreprise permet de jouir d'une grande liberté de création, ce qui est un atout majeur sur le marché de la parfumerie.

Jardin de France se positionne également avec des prix alternatifs : 20 à 30% moins cher que les grandes marques grâce à des plans de communication réduits. "Notre politique est de garder à l'esprit que ce que nous souhaitons valoriser... c'est le parfum, avant tout et la qualité de la matière première. Nous mettons un point d'honneur à travailler la fragrance, sa richesse, sa finesse, son authenticité, son exception. Notre énergie et nos investissements s'y concentrent." souligne Bertrand Sonnier.

Une ouverture à l'international

Jardin de France a séduit des pays en quête du savoir-faire " Made In France ", notamment le Brésil qui est le premier client de l'entreprise, avant la France. Le Moyen-Orient, et l'Arabie Saoudite ont fait de Jardin de France une marque vendue dans leurs chaînes de luxe. L'entreprise compte aussi sur le Japon, ainsi que l'Italie, distributeur actif qui revend dans un réseau de parfumeries traditionnelles.
L'entreprise, qui vend actuellement une moyenne de 600 000 parfums par an, pense tripler ses productions dans les deux à trois ans à venir, avec une ouverture accrue à l'international. Deux dossiers sont actuellement sur le feu : les Etats Unis et la Russie. " La partie délicate de l'exportation de parfums et produits cosmétiques est la partie réglementaire : d'un pays à l'autre, et surtout hors Zone Européenne, il faut pouvoir s'adapter à des mesures spécifiques..." L'export, un domaine sur lequel mise Bertrand Sonnier, y voyant à terme une proportion de 70 à 80 % de son chiffre d'affaire.

Des challenges !

Jardin de France bénéficie aujourd'hui d'un C.A. de 2,2 millions d'euros, et des ouvertures nouvelles sur l'export. Mais l'univers du parfum est un challenge perpétuel: pour asseoir son image et sa crédibilité, un parfumeur doit sortir des nouvelles gammes tous les 2-3 ans. La création d'un parfum coutant 200 à 300 000 € d'investissement, Jardin de France reste donc prudente sur ses marges de manœuvre.
Prochain rendez-vous cet hiver, avec la sortie d'une édition limitée de la fragrance 1920 : " Absolue Damona ", très bel hommage à la déesse des eaux de Bourbon-Lancy !

Vous souhaitez en savoir plus sur Jardin de France ?
Alors rendez-vous sur leur site internet : www.jardindefrance.net

Le charolais-brionnais est candidat
au patrimoine mondial de l'unesco

je donne mon soutien
déjà
11 842

www.charolais-brionnais.fr

Retrouvez-nous sur

Pour en savoir plus sur le Pays Charolais-Brionnais, rendez-vous sur le site officiel de l'institution

Charolais-Brionnais Bourgogne Sud-Activ Chambre de commerce et d'industrie de saône-et-loire
L'Europe s'engage en Bourgogne L'Europe L'Europe République Française Bourgogne - Conseil régional CG 71